Livraison gratuite à partir de 50 € d'achats dans toute la France

Le cannabinoïde est une substance chimique naturellement produite par la plante de cannabis, Le CBD et le THC sont les deux plus connus des cannabinoïdes dans l’univers du cannabis, un fait moins connu est qu’il existe en réalité plus de 100 cannabinoïdes différents, moins abondants dans la plante mais avec des propriétés tout aussi intéressantes. C’est le cas du CBG, ou cannabigérol, un cannabinoïde non psychotrope très prometteur de plus en plus étudié par les chercheurs et qui présente certains effets similaires à ceux du CBD mais encore plus marqués. Rentrons en détail dans le sujet.

Qu’est-ce que le cannabigérol (CBG) ?

Le père de la chimie organique et des cannabinoïdes, le chercheur israélien Raphael Mechoulam fut le premier à isoler le CBG, en plus du THC, en 1964. Les chercheurs ont surnommé le CBG la mère des cannabinoïdes, en effet le CBG est le tout premier cannabinoïde qui se développe dans la plante et qui est responsable de la création du CBD, du THC et de beaucoup d’autres cannabinoïdes. Il est généralement présent à des concentrations autour de 1% dans la plupart des variétés des plantes de cannabis. En plus du rôle important qu’il joue dans la synthèse des cannabinoïdes, le CBG a démontré à travers les recherches scientifiques ses bienfaits potentiels. Pour comprendre comment le CBG agit sur le corps humain, il faut comprendre comment agissent les cannabinoïdes de manière globale.

Comment le CBG agit-il sur le corps ?

Les molécules de cannabinoïdes, une fois ingérées, interagissent avec les récepteurs du système endocannabinoïde qui est un vaste réseau de récepteurs disséminés dans l’ensemble du corps. Ces récepteurs une fois sollicités par les cannabinoïdes envoient une réponse spécifique qui, elle-même, produit des changements physiologiques. Les récepteurs principaux, appelés CB1 et CB2 jouent un rôle fondamental dans la régulation d’un certain nombre de processus organiques et hormonaux: métabolisme, humeur, appétit, mais également la réponse à la douleur et aux processus inflammatoires. C’est ainsi qu’on peut expliquer les bénéfices thérapeutiques observés par les consommateurs de CBD dans la prise en charge de diverses pathologies comme l’épilepsie ou les états anxieux. On sait donc que le CBG agit exactement de la même façon que le CBD ou le THC, en entrant en contact avec les récepteurs du système endocannabinoïde et en induisant une réponse spécifique.

CBD vs CBG ?

Le CBD et le CBG possèdent à la fois des différences et des similarités. Cependant, il est difficile de comparer les deux dans l’état actuel des recherches sachant que la plupart d’entre elles sont à propos du CBD. Que savons-nous donc à l’heure actuelle ?

Tout d’abord, le CBD et le CBG ont une faible affinité de liaison avec le récepteur CB1, tandis que le THC produit ses effets psychotropes en stimulant ce site au sein du système nerveux central. Le CBG agit en tant qu’agoniste partiel de ce récepteur, le stimulant à un degré tel qu’il n’y a aucun effet psychotrope. La nature non-psychotrope du CBG et du CBD en font des choix parfaits pour des études cliniques, car beaucoup considèrent les effets psychoactifs du THC comme indésirables.

Quels sont les effets potentiels du CBG?

Comme nous l’avons mentionné précédemment, le CBG est un cannabinoïde non psychotrope. Il n’interagit donc pas avec le système endocannabinoïde en perturbant les facultés mentales. Cependant, le CBG interagit avec le système endocannabinoïde de différentes façons.

Le CBG augmenterait l’appétit

Le cannabis est bien connu pour augmenter l’appétit, on a longtemps pensé que le THC était lié à ce phénomène. Une étude de 2016 publiée dans la revue Psychopharmacology indique que le CBG pourrait être la cause de cette augmentation de l’appétit. Chez les rats utilisés lors de l’étude, le CBG avait eu pour conséquence de doubler le total de leur consommation de nourriture.

Le CBG aurait un effet neuroprotecteur

Une étude de 2015 publiée dans le Journal of the American Society for Experimental NeuroTherapeutics qui analyse les effets du CBG sur des maladies neurodégénératives comme la maladie d’Huntington. Cette maladie est un trouble du cerveau qui provoque des mouvements incontrôlés, des problèmes émotionnels et une perte de cognition progressive. Les chercheurs ont observé des résultats prometteurs et ont conclu que l’étude ouvrait la voie à des recherches pour explorer les effets du CBG, soit seul, soit en combinaison avec d’autres traitements. Ces résultats montrent que le CBG soulagerait différents symptômes relatifs aux maladies neuro-dégénératives.

Le CBG agirait contre l’inflammation et les douleurs persistantes

Le docteur Bonni Goldstein, médecin spécialisé dans le cannabis médicinal, affirme que le CBG peut inhiber la neurotransmission affectant la douleur et l’inflammation dans le cerveau. Par exemple en 2013, des chercheurs de la Faculté de Pharmacie de l’Université de Naples Federico II (Italie) ont testé les effets du CBG sur un modèle expérimental de maladie inflammatoire de l’intestin (MII). Les chercheurs ont découvert lors de cette étude que le CBG avait des propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes.

Le CBG pourrait ralentir le développement de certains cancers

Une étude israélienne a mis en évidence la stagnation du nombre de cellules cancéreuses du côlon précédant une consommation régulière de CBG chez des souris.  Ainsi, la consommation de CBG aurait pour effet potentiel de ralentir la progression de certains cancers.

Le CBG serait un puissant antibactérien

En effet le CBG est un antibactérien avéré, ce qui pourrait le rendre intéressant dans la lutte contre les bactéries qui deviennent résistantes aux traitements antibiotiques usuels comme le staphylocoque doré.

Le CBG agirait contre le glaucome

D’autre part une étude[3] de 2009 a démontré que le CBG pouvait réduire la pression intraoculaire (il aurait en effet une puissante action vasodilatatrice) et pourrait être ainsi utilisé contre le glaucome.

Quels produits au CBG ?

Le CBG est présent en très faible quantité dans la plante lorsqu’elle est prête à être consommée, environ 1%. Obtenir un produit concentré en CBG nécessite donc l’utilisation de variétés riches en cannabigérol ou bien l’utilisation de jeunes plantes plus riches en CBG. Comme tous les cannabinoïdes, il est à noter que le CBG est d’autant plus efficace qu’il agit en synergie avec les autres cannabinoïdes présents. Ainsi l’utilisation d’huiles full spectrum ou les résines concentrées en CBG semblent les plus adaptées pour une consommation optimale du CBG.